WWMeteorites hunting team
Les météorites, Questions/Réponses
Les météorites sont des objets fascinants, mais à propos desquels circulent beacoup d'idées recues, souvent fausses... parfois vraies. Entre légendes et réalité, voici un exemple des questions ou affirmations auxquels nous sommes très souvent confrontés, et les réponses qui vont avec...
Vrai... et Faux
    Lors de la traversée de l'atmosphère, les frottements causent un échauffement de la partie superficielle de la roche à plus de 3000°C, mais la chute étant très rapide, et les météorites conduisant très mal la chaleur, l'intérieur des pierres reste extrêmement froid, à environ -270°C. 




    Par exemple lors de la chute de Benares (Inde, 1795), certains témoins qui ont observésla chute  t touché les pierres ont été brulés... par le froid ! D'autres témoignages, pour d'autres météorites, rapportent que les découvertes, peu après la chute, étaient couvertes de givre...




Faux
    Tout comme n'importe quelle roche, tout comme le corps humain ou n'importe quel objet, les roches météoritiques sont légerement radioactives, mais à des taux insignifiants, et par exemple bien moins que le granit de Bretagne !

    La radioactivitée est liée à la désintégration du noyau de certains atomes, phénomène qui libère une quantité d'énergie sous forme de particules (dites alpha et béta) et de radiations (dites gamma). Dans notre corps par exemple, se désintègrent naturellement et toutes les secondes de nombreux éléments, comme par exemple de fameux "carbone 14". C'est lexposition à une grande quantité de radiations (en intensité et/ou en durée) qui les rends dangereuses.

    La radiactivité des météorites, principalment induite par bombardement de ces roches par le rayonnement solaire dans un milieu ou elle n'en sont pas protégées comme nous par une atmosphère, est très faible, et décroit rapidement après la chute sur Terre.

Vrai...
    A l'exeption de certaines achondrites, la plupart des météorites contiennent du fer-nickel à l'état métalique, ce qui les rend plus dense que la majorité des roches térrestres. Leur masse volumique varie de 3.8kg/L à 8kg/L pour les sidérites.

    Cependant cela n'est que statistique, des météorites comme les martiennes, les lunaires, les vestanes... seront de même densité voir plus légère que des roches que l'ont peut trouver courrament sur Terre. De la même manière, il existe des roches terrestres comme la galène , la barytine, la marcassite... qui sont bien plus dense que la majorité des météorites.

    Trouver une roche "lourde" ne signifie donc pas que vous avez forcément trouvé une météorite. Et ce n'est pas parce qu'une roche est légère qu'elle ne peut pas être une météorite !

Faux
    On trouve dans les météorites exactement les mêmes élements chimiques que dans les roches terretsres, c'est à dire les 92 premiers éléments stables de la classification périodique de Mendeleiev, à l'exeption du technétium et prométhium (instables).
    On y trouve également les mêmes minéraux. Les rares nouvelles espèces minérales découvertes dans une roche météoritique, comme la oldhamite (Ca,Mg,Fe)S dans la météorite de Bustee en 1881, ont finalement toujours été trouvées plus tard aussi dans des roches terrestres. Point de kryptonite !
Faux
    Quelque soit l'endroit ou vous vous trouvez sur Terre, vous avez autant de chance  d'assister à la chute d'une météorite. Il n'en tombe pas plus au pôle qu'à l'équateur...

    Vous avez cependant plus de chance d'en retrouver dans certains lieux où elles se conservent très bien, avec un climat sec, et ou elles sont visibles facilement, comme sur le sol monochrome d'un désert.

Vrai
    Plus les archives sont anciennes, moins elles sont fiables, mais une météorite aurait tué un chien en Egypte en 1911 à Nakhla, et une autre aurait blessée un jeune homme à la tête en 1960 à Gao (Haute Volta).
    La seule chute mortelle avérée est celle de Valera, au Venezuela, en 1972, où une vache fut heurtée par une pierre de 37kg. Cette dernière fut mis de coté par le propriétaire de l'animal, et elle ne fut reconnue officiellement comme météorite qu'en 1999.
    De nombreuses météorites ont par contre de manière avérée touché des objets, une voiture à Peekskill en 1992, une boite au lettres à Claxton en 1986, plusieurs toits de la région parisiennes à Draveil en 2011 etc...
Faux
    Rares sont les météorites qui forment un cratère. Les petits fragments étant fortement ralentis lors de la traversée de l'atmosphère, ils touchent le sols avec une vitesse moyenne de 200km/h. Il restent donc généralement en surface, ou plus rarement  pour les sols extermement meuble, s'enfoncent en formant un trou de même diamètre que la pierre.

    Seul les bolides de plus grande taille, ou ceux dont la friabilité les fait exploser à l'impact, sont capables de créer des cratères, car arrivant avec assez d'énergie cinétique pour çà.

Vrai
    On estime que chaque jours plus de 100 tonnes de roches météoritiques se désintègrent en tombant sur Terre, et arrivent  au sol sous forme de poussières.
    Seule une petite partie des météorites possèdent  une masse initiale suffisante pour arriver à toucher terre  sous forme de fragment de taille importante. La  plupart d'entre eux s'abiment dans les océans,  une infime partie seulement des fragments impactant le sol sont finalement retrouvés.
Non
    Les météorites tombent toujours sous forme d'une "pluie de météorites". Quelques soit la taille initiale, lors de la chute sur Terre la différence de température entre l'intérieur et l'extérieur de la roche, et les contraintes dues au raletissement brusque du bollide, conduisent à son éclatement. Ce n'est pas donc une météorite seule qui arrive au sol, mais un groupe de fragments.

    Ils peuvent être de tailles très différentes, les plus lourds effectuant un vol plus long que les petits (qui sont plus facilement freinés) et déssinent au sol  une zone de chute de forme ovoïde, dite "ellipse de chute".

Du système solaire
    Même si les météorites qui tombent sur Terre appartiennent à des groupes minéralogiquement distincts, toutes ont en commun de venir des limites de notres système solaire.
    Les outils d'analysent actuels démontrent que toutes, même si elles viennent de corps différents (de la ceinture principale d'astéroïde, de la ceinture de Kuiper ou de plus loin, voir parfois de Mars, de la Lune...), trouvent leur origine dans le nébuleuse solaire primitive, "bouillie" primordiales des métériaux de notre système. 
    Aucune n'est plus vieille que 4.56-4.57 milliards d'années, l'âge du système solaire.