WWMeteorites hunting team
Les Eucrites


Les eucrites font partie des achondrites astéroïdales, et plus particulièrement des HEDO (Howardites, Eucrites, Diogènites, diogènites à Olivine). Elles proviennent de l’astéroïde Vesta-4, découvert en 1807 par l’astronome Heinrich Ölbers. Contrairement à la majorité des types de météorites, les eucrites ne tirent pas leur nom d’une localité où une chute a été observée, ou bien encore d’une personnalité. Le nom vient du grec Eukritos = «facilement distinguable ». Si les eucrites sont bel et bien « facilement distinguables » des chondrites par leur structure de roche ignée, elles ressemblent par contre énormément aux roches basaltiques terrestres nommée eucrites, dont elle tire leur nom puisque leurs mécanismes de formation sont comparables dans une certaine mesure. 
 
 
Les eucrites sont en effet le résultat du refroidissement d’un magma à proximité de la surface de leur corps parent, et montrent des structures minérales que l’on pourrait facilement confondre avec leurs équivalents terrestres. Ce type de météorite présente cependant une grande variété de structure, ainsi une classification simple permet de classer les eucrites en différentes familles :  
 
 
Eucrites cumulées  
 
Les eucrites cumulées se sont formées dans une chambre magmatique située dans la croûte profonde de Vesta. Lors du refroidissement de celle-ci, les minéraux au point de fusion le plus élevé ont commencé à cristalliser en premier, et atteignant une taille suffisante pour que leur poids soit supérieur à la résistance induite par la viscosité du magma, sont tombés au fond de la chambre magmatique, en s’y accumulant. Quelques uns des membres les plus impressionnants de ce groupe sont les météorites DHO 007 et NWA 1836. 
 
 
Eucrites non-cumulées  
 
Le groupe des eucrites non-cumulées est représenté par des roches la plupart du temps bréchiformes, cristallisées rapidement et arrachées à la surface de l’astéroïde lors d’un impact très violent. Elles se sont ensuite resolidarisé, en n’incluant toutefois aucunes roches étrangères ; il s’agit donc de brèches monomictes. Ce groupe se subdivise en trois : 
 
     •  Le groupe principal, représenté majoritairement pas des brèches, mais aussi quelques rares spécimens non bréchiformes 
 
   •  Le groupe de Stannern (1808 République Thèque), présentant la structure pétrologique la plus facilement similaire au basaltes et eucrites terrestres 
 
   • Le groupe de Nuevo Ladero, représenté par des roches eucritiques refondues, après une première cristallisation, dans la croûte profonde de Vesta, et montrant des affinités avec les eucrites cumulées. 
 
Eucrites polymictes : 
 
 
Le groupe des polymictes est composé, par définition, de météorites exclusivement bréchiformes et qui, au contraire des groupes des eucrites cumulées et non-cumulées, à incorporé, après impact sur la surface de l’astéroïde, des roches autres que eucritiques dans leur matrice. Il peut s’agir de débris du corps impactant, mais plus typiquement il s’agit de roches plutoniques (phénocristaux cumulés) qui forment les météorites de type diogènite et proviennent de la croûte profonde de Vesta. Quand le rapport eucrite/diogènite reste au dessus du rapport (fixé arbitrairement) 9/1, on a à faire à des eucrites polymicte, au delà de 10% de clasts diogènitiques, il s’agit d’une classe d’HEDO différentes, les howardites. La source des eucrites polymictes et howardites semblent avoir été identifié sous forme d’un cratère de taille plus que respectable, situé à proximité du pôle sud de Vesta.


Masse principale de l'eucrite polymicte NWA 6414 (face externe et coupe)