WWMeteorites hunting team
Les Chassignites


 
Les Chassignites sont nommées d’après la chute de Chassigny en France, durant l’année 1815. Jusqu’il y a peu, Chassigny était la seule représentante des chassignites. Durant quelques années une deuxième météorite de ce type apparaissait dans les catalogues de réfvrence, celle de Brachina, mais malgré de très nombreuses similitudes, celle-ci fut finalement reclassifiée comme la première des brachinites, une classe d’achondrite primitive. Très récemment, une deuxième chassignite, dûment analysée et authentifiée, fut découverte par hasard dans un lot de roches considérées comme douteuse, possiblement d'origine terestre et non météoritique! Bien que visuellement différentes de Chassigny, NWA 2737 est la seconde chassignite officielle. 
 
Les chassignites sont composées presque entièrement d’olivine, en faisant donc une roche de type dunite. Il s’agit d’une formation ultrabasique contenant 95% ou plus d'olivine avec un peu de pyroxène, spinelle chromifère et parfois d'amphibole. Cette roche est nommée d’après la localité type, Mount Dun, en Nouvelle-Zélande. Elle se forme vraisemblablement par accumulation très précoce d’olivine au fond d’une chambre magmatique pauvre en silice, que se soit sur Terre ou sur Mars. 
 
L'âge de cristallisation est plus élevé que celui des shergottites, mais similaire à celui des nakhlites, avec 1,36 milliards d’années. Il semble qu’une relation éxiste entre la genèse de ces deux dernières classes, même si au contraire des nakhlites, les chassignites montrent des anomalies de contenu en gaz nobles qui les éloignent de la composition de l’atmosphère martienne.

Fragment de la météorite de Chassigny, montrant une croute de fusion noire