WWMeteorites hunting team
Les chondrites CH


Les CH sont des chondrites carbonées extrêmement riches en ferronickel natif matriciel (20% en volume - 41% en masse). Ceci leur a donné leur nom, le symbole « C » désignant la nature carbonée et « H » son un fort contenu en métal ( « High métal » en anglais dans le texte). Il s’agit de la seule classe de carbonée dont la désignation ne provient pas du nom d’une chute ou d’une trouvaille, mais est lié à sa nature. Les chondres noyés dans la matrice sont les plus petits des chondres présent dans le groupe des chondrites, leur diamètre moyen étant de 20 µmètres (0.02mm). Par leur origine, les chondrite de type CH, toujours pétrologiquement de classe 3, sont très proches des chondrites CR et CB. Toutes deux sont également des types riches en métal, de composition isotopique de l’oxygène semblable, et avec un rapport Mg/Si proche de l’abondance solaire. 
 
 
Parmi les 20 membres environs constituant les CH (4583g au total seulement à comparer aux plus de 41Kg de météorites lunaires et plus de 80Kg de météorites martiennes), la plus intéressante est sans nul doute celle nommée SAU 290. Cette pierre de 1700 grammes trouvée en plusieurs fragments dans la plaine alluviale de Sar al Uymir, a tout d’abord été prise pour une H5 par un rapide examen visuel. Puis, après quelques analyses préliminaires, pour une chondrite à enstatite anormale (E3), et enfin la classification CH3 lui a été définitivement allouée après analyse sans appel des isotopes de l’oxygène. 
 
La particularité de cette météorite est que son contenu en gaz rares (ou nobles) mesuré est l’un des plus élevé du règne météoritique. Il est comparable à celui des échantillons de roche lunaires ramenés par la NASA ! L’analyse de la composition isotopique de ces éléments (He, Ne, Xe, Kr, …) permet en fait de conclure sur l’origine de ce contenu anormale, en le rapprochant de la composition des émissions de particules à hautes énergies provenant du Soleil. De manière plus imagée, on dit souvent que cette météorite a emprisonné dans sa structure une grande quantité de vent solaire primitif. 
 
L’absence de matrice microcristalline « indigène », le bas contenu en sulfures, consistant avec un bas contenu en éléments peu volatiles, amène actuellement à penser que les CH ne sont peut êtres pas des chondrites dans le sens ordinaire du terme, mais des roches ressemblante formées plus tardivement (mécanismes à définir).

NWA 470, une CH3 typique