WWMeteorites hunting team
Les Angrites


 
Les angrites tirent leur nom de la seule chute observée du groupe, la météorite de Angra Dos Ries (1879, Brésil). Ce sont des roches très riches en fassaites (pyroxène riche en titane et aluminium), provenant d’un astéroïde différencié relativement tôt dans l’histoire du Système Solaire. Une étude portant sur la météorite SAH 99555 à d’ailleurs récemment donnée un âge de formation pour les angrites de 4,5662 milliards d’années, soit seulement un million d’année plus jeune que l'âge couramment accorder au Système Solaire !!! Ces roches pourraient donc être plus vielles que certaines roches chondritiques, de véritables « pierres de Rosettes » de l'histoire de notre Système Solaire. Les matériaux d’origine, à partir desquelles ont été formées les angrites par processus magmatique, pourraient être des roches carbonées riche en inclusions réfractaires (CAl’s) du type CM ou CI. 
 
Une autre particularité intéressante chez les angrites, et notamment chez SAH 99555 et D’Orbigny qui sont les plus massives et les mieux connues, est la présence de vacuoles/bulles sphériques creuses pouvant atteindre la taille remarquable du centimètre. Deux théories rivales se sont affrontées pour expliquer ces structures : il pourrait s’agir soit de poches de gaz formées lors de la recristallisation rapide du magma, soit de poches qui incluaient des minéraux solubles, disparus depuis. 
 
La plus grosse angrite découverte est la météorite de D’Orbigny. Cette pierre de 16,55 kg a été trouveé en juillet 1978 pendant le travail a la charue d’un champ, dépourvu de pierre massives, au sud de la province de Bueno Aires. Du fait de sa forme qui ressemblait à celle d’un mortier et de sa taille unusuelle pour le lieu, elle fut récupérée en tant que possible artefact précolombien. Ce n’est qu’en 1998 qu’on soupçonna sa nature météoritique et finalement en 2000 qu’elle fut identifiée comme étant une angrite.

Masse principale de la météorite de D’Orbigny, Buenos Aires en 2000